Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 13:59

Assemblée citoyenne du 26 février à Blumeray

Compte-rendu

Les dix-huit participant-e-s à l'assemblée citoyenne tenue ce 26 février 2016 à Blumeray, village de 115 habitant-e-s du canton de Joinville, constatent qu'au jeu de la mondialisation libérale les grands centres urbains sont gagnants tandis que les autres territoires, campagne et villes petites à moyennes, sont perdants.

Nos territoires ruraux subissent les « mauvais traitements » du libéralisme économique :

  • fermetures des services publics (écoles, postes, gendarmeries, perceptions…)
  • éloignement des grands axes de déplacements (TGV, autoroutes)
  • agriculture productiviste qui supprime des emplois et dégrade les sols et l'environnement
  • casse de l'emploi par des plans sociaux ou fermetures d'entreprises : Eurofence à Doulevant-le-Château, GHM à Wassy, etc
  • abandon progressif de la péréquation nationale entre collectivités locales « riches » et « pauvres » par la baisse des dotations aux communes.

En conséquence, les habitant-e-s sont confronté-e-s à l'isolement et au déclassement géographique et humain. Ces zones d’isolement et de déclassement coïncident avec celles où le vote en faveur de l’extrême droite progresse fortement.

L'assemblée estime que la maîtrise du territoire est un enjeu majeur pour assurer l'avenir des villages et bourgs de campagne (accès à l'eau potable, production d'énergie, moyens et voies de déplacement, emplois de proximité...), et que cette maîtrise doit tenir compte des nécessités écologiques.

Pour cela les habitants-e-s ont besoin d'outils et de moyens. L'assemblée a concentré ses échanges sur le premier outil dont ils-elles doivent disposer : la démocratie.

Les Communautés de communes dont Blumeray est membre ou dont elle est voisine illustrent combien la légitimité de leur pouvoir exécutif est à revoir. Alors que la politique communautaire devrait être celle des communes membres, trop de décisions sont prises par un petit comité autour du Président et imposées aux délégué-e-s communautaires, trop d'informations leur échappent.

D'autre part, l'assemblée déplore l'agrandissement à marche forcée des Communautés de communes et d'agglomérations, des régions, qui éloigne les citoyen-ne-s des centres de décisions et réduit leur capacité d'implication et d'interpellation. Si l'opportunité des communes nouvelles fait débat au sein de l'assemblée, elle déplore quasi unanimement que les créations récentes aient été de la seule décision des élus sans consultation des habitant-e-s, et là aussi à marche forcée.

Pour corriger ce déficit démocratique, l'assemblée émet des préconisations.

Les unes applicables de suite : les citoyen-ne-s ne doivent plus s'en remettre entièrement aux élus mais reprendre leurs responsabilités, en exigeant de l'information, en s'impliquant dans les débats publics autant que possible. Par exemple, le collectif des citoyens du coin a obtenu la participation de François Cornut-Gentille à une réunion publique d'information que le collectif souhaite organiser à l'attention des habitants de la Communauté de communes du Pays du Der sur les conditions de sa fusion avec la Communauté d'agglomérations de St-Dizier, Blaise et Der.

Les autres à inscrire dans la législation à la faveur d'une majorité politique favorable :

  • l'élection des délégué-e-s communautaires au suffrage universel direct.
  • Une part de démocratie directe, à la fois complémentaire et contre pouvoir de la démocratie représentative : référendum d'initiative populaire, révocation des élus en cours de mandat.

L'assemblée n'est pas unanime sur ce point de la démocratie directe. Certain-e-s participante-e-s ne souhaitent pas qu'elle soit instituée et estiment que la démocratie représentative garde toute sa légitimité, ce qui n'exclue pas la nécessité d'en corriger les dérives autocratiques. Par contre l'assemblée estime unanimement que le fonctionnement démocratique, qu'il soit représentatif ou direct, exige une élévation générale du niveau d'information des citoyen-ne-s.

Repost 0
Published by lepartidegauche.haute-marne
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 22:47

Contre la réforme régressive du Code du Travail par le gouvernement Valls et la Ministre El Khomri, le comité Haute-Marne du PG relaie l'action #OnVautMieuxQueCa.

Sur  la 1ère vidéo ci-dessous explique tout (ou presque).

Ensuite on peut visiter et se servir des réseaux sociaux et où arrivent les premiers témoignages, rassemblés dans la 2ème vidéo ci-dessous.

Repost 0
Published by lepartidegauche.haute-marne
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 18:05

Après le dévoiement de la Constitution à des fins de basse politique, c'est la casse du Code du travail que préparent maintenant Hollande/Valls avec la ministre M. El Khomri.

Les syndicats et des collectifs sont en train de construire la riposte contre cette vaste régression sociale. En attendant plus, le comité Haute-Marne du PG invite à signer ces deux pétitions :

Celle du collectif CQFD, Ce code Qu'il Faut Défendre ici

Celle initiée par Caroline De Hass

Repost 0
Published by lepartidegauche.haute-marne
commenter cet article

J'adhère au PG

Créé en 2009, le Parti de Gauche a pour projet l'écosocialisme. Partant du constat que l'humanité est confrontée à des inégalités insoutenables et à la mise en péril de la biosphère, l'écosocialisme pose comme principe du progrès humain de lier les exigences sociales et écologiques, en s'appuyant sur une refondation démocratique.

le partage des richesses
le plein emploi
la reprise en main de l'économie par la politique
la planification écologique
la 6ème République
l'Europe des peuples
la Paix dans le monde
nous on peut !

pour l'avenir en commun

pour la 6ème République

Je clique sur l'image